Les LiveKi semblent plaire ?

Comme je le disais lors du précédent article, le blog va s’orienter vers le backend de la chaine. C’est donc l’occasion de parler des évolutions de ce qui me trotte dans la tête.

Le premier live jusqu’à l’euphorie

Il y a bientôt un mois et demi je commençais avec un premier live. Et j’avoue que pour cette première je me demandais ce que j’allais pouvoir raconter. Car les lives youtube que je connais son souvent centré sur le youtubeur. Je voulais éviter cela mais je ne pense pas avoir réussi.

Néanmoins, cela a été pour moi une découverte, celui de l’intérêt que porte les gens à la chaîne à ce projet même si je le conçois pas comme tel. Et j’avoue que cela m’a donné un gros coup de boost. Se rendre compte à quel point les gens me considéraient et attendent beaucoup de choses tout en voulant faire partie d’une aventure.

Ce live a duré plus de 3h30, un truc de dingue sachant que j’étais tout seul devant l’écran. Mais je n’étais pas tout seul loin de là. Au bout de 3h30, 50 personnes étaient encore connectées au live !!! Je savais que le thème devops était à la mode mais là. J’ai fermé le live et je n’ai pas pu dormir, trop d’excitation. Une espèce de montée de joie en soit, comme si j’avais atteint un résultat que je ne m’aurais jamais cru capable de faire.

Après coup j’ai tenté d’analyser un peu la chose. Il y avait très certainement cet effet de la première du live. Votre volonté de vouloir en savoir plus sur moi, mes motivations, un peu d’échanges sur les technos. Néanmoins je me suis dit ne fait pas des lives tout seul, c’est un peu comme se centrer sur toi.

Et pour la deuxième ? le premier LiveKi

Pour le second j’avais plusieurs choses à valider :

  • mettre en place un rendez-vous régulier : chaque début de mois
  • un nom qui permet de rapidement identifier de quoi on parle
  • ne pas se centrer sur soi
  • pourquoi pas devenir une sorte de média et permettre encore plus d’échanges

La réponse a été le liveki, par son nom, par sa fréquence et surtout les invités. Et une fois de plus j’ai de la chance. La chaine m’a permis depuis un an et demi de me créer un petit réseau de connaissances très sympathiques et intéressantes.

Des passionnés avec chacun leurs spécificités et un point commun la gentillesse et le partage. Du coup la soirée a été dense une fois de plus avec plus de 4h de liveki. Je les remercie tous :

  • Steve Destivelle pour avoir participé à toute la soirée, pour son accompagnement. Bien sûr Steve est une personne à haute qualité technique autour du monitoring et principalement de Zabbix. Merci Steve !
  • François Mocq, la référence française en matière de raspberry avec des livres, son site framboise314 et nombreuses autres cartes dans sa poche. Passionnant tout simplement.
  • Christope Chaudier, alias monsieurs les Compagnons du devops. Formidable encore de pouvoir partager avec quelqu’un de passionner par cette thématique. Et on a pu apprécier son recul, sa franchise et sa volonté de défendre les valeurs nationales dans le domaine du numérique. Bravo Christophe.
  • Thomas alias Cocadmin. Youtubeur très connu avec ses vidéos qui partent très souvent d’une expérience vécue. Son partage d’expérience est très appréciée. Et on a pu apprécier sa décontraction et sa capacité à parler de sujets divers et variés.

Et pour le troisième ?

Cette page du deuxième liveki se tourne donc pour commencer à penser au troisième. Steve a proposé de monter un petit concours pour gagner une mug zabbix. Et je pense qu’il a peut être initié quelque chose.

L’idée de mettre en place des concours peut faire son chemin. Et peut être même un peu plus suivant l’engouement. Et pourquoi pas gagner des livres ??

D’ailleurs cela m’a donné des idées sur les modalités de tirage au sort. Avec dans un premier temps un simple script python… mais pourquoi pas joindre l’agréable et le pédagogique à cela ? du microservice ? même si c’est superflu cela permettrait d’aborder des sujets techniques et de les vulgariser en s’amusant.

Vers un média devops ?

L’évolution vers laquelle je veux aller est de maintenir l’aide à monter en compétence. Via les tutos c’est certains mais peut être évoluer avec d’autres contenus. C’est déjà le cas avec les vidéos de Kevin le créateur de Kaisen Linux et de Jérôme Bezet-Torres pour Active Directory et powershell.

Et on va continuer dans ce sens. Après avoir passé quelques entretiens de recrutement, je suis persuadé que ces rendez-vous ne sont pas toujours facile à vivre. On est technique mais on est pas forcément à l’aise pour raconter sa vie. Et pour cela j’ai pris contact avec des ami(e)s recuteurs et je pense que l’on pourra compiler des vidéos de conseils sans polluer la chaine. Au contraire cela sera le bon endroit pour distribuer des conseils avisés dans la gestion de carrière.

Voilà c’est sur toutes ces notes que je vous dis à très bientôt. Prenez soin de vous, de vos proches, prenez du plaisir à ce que vous faites.

Trop de technos pour être partout…

Aujourd’hui, c’est très compliqué de suivre les technologies. D’une part, certaines d’entre elles sont en pleine explosion (cloud, kubernetes). D’autre part, il y en a de tous les côtés. Difficile de savoir parfois d’ailleurs laquelle sera celle qui sera adoptée par tous demain.

Et ce blog est difficile à maintenir pour moi. Je ne parviens jamais à y mettre des tutos et autres notes que j’aimerais voir dedans.

Ainsi, je me suis demandé si je ne devais pas le réorienté. Et finalement c’est peut être la solution. En effet, la chaine youtube Xavki marche bien et finalement je m’y retrouve suffisament pour avoir besoin d’en rajouter à côté.

Du coup, je vais réorienter le blog vers… le blog de la chaine Xavki. A savoir les sujets qui me trottent dans la tête, les évolutions, mes interrogations etc… Bref plus les dessous de la chaine. Cela me semble sympa aussi de partager dessus.

Et c’est un bon début pour commencer d’expliquer pourquoi je propose à des personnes autres que moi d’intervenir sur la chaine. A cela plusieurs raisons :

  • je ne peux pas couvrir tous les sujets : c’est un fait et je dois l’intégrer dans ma petit tête lol
  • certains sujets ont besoin d’experts
  • plus d’auteurs = plus de diversité = élargir ses points de vues
  • plus d’auteurs = plus de contenus
  • faire connaître d’autres personnes par l’influence de la chaine

Ouverture des festivités donc avec l’interviex de Kevin Chevreuil le concepteur/créateur de Kaisen Linux, un OS basé sur debian.

Dans cette vidéo, vous pourrez découvrir comment Kevin a eu l’idée de créer son OS et vous le verrez c’est un vrai passionné, c’est le moins que l’on puisse dire.

Bien sûr nous reverrons Kevin pour de nombreuses vidéos.

Travailler son côté devops sur son laptop

Alors oui on peut aujourd’hui avec le cloud faire du devops un peu partout et de très nombreuses manières différentes. Là je vous propose de vous monter une infrastructure assez légère qui va vous permettre d’avoir en quelques secondes différents environnements, une registry docker, gitlab, jenkins et de la base de données.

Vagrant c’est l’outil que je vous invite de découvrir. Un très bon outil comme hashicorp sait le faire même si ce n’est pas son produit phare. Dans notre cas nous allons le coupler à virtualbox, un système de virtualisation assez commun à de nombreux systèmes d’exploitation.

Comment allons nous penser celà ? retrouvons cela en vidéo.

Un peu de gitflow dans votre CI/CD

Devenir devops, cela passe par l’acquisition de nombreuses compétences. Il y en a tellement qu’il est bien difficile de se fiwer une liste. Au mieux on peut se fixer les grandes lignes et comme nous l’avons lors d’un précédent article, se fixer une liste de type d’outils.

Mais un devops doit aussi être adepte de certaines méthodes de travail (agile, scrum…). Gitflow fait partie des méthodes de développement à cheval entre l’utilisation d’un outil technique comme git et l’organisation d’une équipe (ou de plusieurs).

Avec GitFLow, vous organisez le travail en équipe pour développer et bien sûr en utilisant git. Le principe est simple, utiliser plusieurs branches pour symboliser les différentes étapes majeures du développement (que ce soit des outils applicatifs métiers ou encore des outils d’infrastructures).

Git flow est souvent représenté par le schéma suivant :

Chaque ligne représente une branche :

  • features : les branches de développement « individuelles »
  • develop : la branche dans laquelle les développeurs mergent leur travail quand il estime qu’il est réalisé (éventuellement via merge request)
  • release : il s’agit de la branche à partir de laquelle on va estimer si la version est bonne (à l’issue de tests…)
  • master : ou branche de production
  • hotfix : dans le cas d’une nécessité de correction rapide suite à incident

Gitflow consiste donc à organiser le processus de développement et avancer dans ce process via des merges.