Ne pas s’éparpiller sur les sujets et les technos, mais bon…

La fin de la période des vacances d’été arrive, parfois tristement pour certains mais c’est ainsi il faut retourner au boulot. Je n’ai pas pris de vacances et cela s’en est peut être ressenti sur la chaine Xavki.

Du coup, j’ai été pas mal centré sur la chaine durant cete période. Parfois trop certainement avec les débordements que cela donne mais qu’il faut maitriser.

Au début j’ai tenté de maîtriser mon programme de tutorials pour éviter de me disperser. Mais finalement je pense que je me suis un peu étallé. En effet, je me suis dit que pour un devops toucher un peu à tout ce qui m’intéresse, reste nécessaire.

Les tutorials ELK où comment éplucher une documentation ? lol

Bon j’ai tout de même fait un bon focus sur ELK avec déjà plus de 90 vidéos. Non pas que j’ai réalisé des trucs compliqués mais j’ai tenté d’être un peu exhaustifs sur les possibilités d’utilisations de la stack ELK.

Dans le cadre de la réalisation de ces tutos, j’ai pu me rendre compte à quel point, j’avais une méconnaissance de cet outil et des opportunités qu’il propose. En effet, entre les beats, elasticsearch, logstash, kibana… il est possible de réaliser de très nombreuses choses.

On limite souvent cette stack à simplement lui injecter des logs mais elle va bien au-delà.

On s’en sert parfois comme stockage de documents et là encore, elle permet bien plus. Logstash à lui seul est un réel ETL (Extract Transfert and Load). Il permet de gérer de nombreux traitements de données, voir même d’extraire d’une base sql vers du nosql, faire intervenir du kafka etc.

Bref j’ai bien apprécié. J’ai pu aussi découvrir opendistro la version opensource d’une partie de stack et mis à disposition par AWS. Très kool.

Terraform et KVM en support

Terraform est un sujet qui me tient à coeur. En effet j’estime que cet outil signé hashicorp est nécessaire dans la caisse à outils de tout bon devops. Mieux il est souhaitable de maitriser la stack d’automatisation et d’orchestration : packer, ansible, terraform.

Et pour découvrir terrafomr je me suis dit que tout le monde ne souhaitait pas forcément mettre la main dans le cloud directement. Du coup j’ai regardé les providers pour tenter de trouver de meilleurs points d’entrées permettant de faire la passerelle avec des travaux déjà proposés sur la chaine.

Ainsi, j’ai fait plusieurs tutos sur les providers docker et kubernetes avec de la mise en application autour de wordpress. Et maintenant, je creuse autour de KVM, avec l’occasion aussi de faire des vidéos autour de KVM. Un bon moyen de se passer de virtualbox et vagrant pour pratiquer encore plus du terraform.

Et d’autres sujets pour se mettre en ordre

D’autres sujets sont venus dans le même temps.

Traefik, depuis la version 2, le reverse proxy français montre des choses très intéressantes avec des configurations plus dynamiques. Et donc après avoir examiné un peu haproxy, je me suis dit il va falloir initier cette playlist pour y revenir plus tard sur les sujets plus profonds comme l’ingress dans kubernetes etc.

Loki me tentait bien à force d’avoir épluché ELK, je me demandais en quoi ce projet de grafana labs était différent. Donc j’ai fait quelques tutorials loki pour découvrir l’outils. J’en retiens sa simplicité et son intégration à grafana pour centraliser la supervision globale : monitoring, logging et tracing.

Et un peu de cassandra. Découvrir cassandra c’est ouvrir une boite remplie de concepts très intéressants, mettant en évidence la disctinction entre sql et nosql.

Et le diverstissement autour de vagrant

Pour gagner du temps et réaliser des tests, des tutos, des démos, j’utilise la plupart du temps vagrant. ET à force de celà je me suis dit l’efficacité de notre apprentissage repose dans une mise en situation rapide via une VM ou une infrastructure rapidement à disposition.

Pour mettre cela en évidence, je me suis dit et si je proposais à tout le monde de découvrir vagrant tout en lançant un cluster kubernetes avec un peu d’automatisation via kubespray. Un moyen rapide et fiable pour avoir un lcuster kubernetes sous la main notamment pour faire des tests d’outils liés à k8s.

Et j’y ai ajouté un wordpress avec du nfs pour compléter ce cluster et faire en sorte d’avoir un applicatif dans ce cluster fonctionnel.

Les chiffres dans tout ça ?

La chaîne marche toujours très bien. Nous sommes déjà à plus de 13000 abonnés, 200 membres youtube, plus de 800 vidéos.

Dans quelques jours, le nombre de vues franchira les 800k, un grand pas avant le million que j’ai vraiment hâte de franchir.

Et tout les retours sont de très forts encouragements à poursuivre ces efforts.

Bref un grand merci pour m’aider dans cette aventure!!!

Manipuler une API via une interface graphique avec Postman

Que vous soyez développeur frontend ou backend, une étape incontournable du développement d’une application web est l’appel vers le serveur. Plus votre application croit, plus ces appels sont nombreux. Si dans certains cas vous pouvez faire ces appels via votre navigateur, le plus souvent il faudra un autre outil pour pouvoir lancer ces appels et vérifier que votre développement a bien fonctionné.

L’outil Postman est l’incontournable pour pouvoir manipuler efficacement des appels API via une interface graphique.

Pourquoi utiliser Postman ?

Dès lors que vos appels API impliquent des appels autres que des requêtes GET, vous aurez besoin d’avoir un outil. Saisir ses requêtes curL à la main n’étant pas une option pour être productif, il faut utiliser un client graphique pour accélérer ses tests manuels.

Postman propose une interface graphique très simple d’utilisation pour effectuer ses appels HTTP en paramétrant la méthode, l’url, les query params, le header et, le cas échéant, body.

Postman est très pratique lors du développement d’une API ou lorsqu’on cherche à découvrir une API tierce en vue de l’intégrer dans son application.

Accélérer son développement

Postman va bien au delà de pouvoir effectuer ses requêtes http via une interface graphique. Son véritable atout vient de sa capacité à stocker certaines données en variables et de pouvoir lancer de manière séquentielle plusieurs appels API d’affilé.

Ainsi, tester un flux de comportement comme si un utilisateur allait manipuler votre API est possible en créant une collection d’appels API. Vous pourrez définir en variable certaines données qui sont renvoyés en tant que réponse d’une requête précédente et définir un comportement à suivre en fonction des résultats.

Vous pouvez également utiliser de la donnée externe, via un fichier CSV ou JSON afin de faire tourner vos requêtes. Ce cas est utilisé pour initialiser un échantillon de base de donnée en vue de faire quelques tests manuels.

Alternatives à Postman

Des alternatives gratuites et payantes à Postman existent. L’application Insomnia, compatible Mac, Windows et Linux, est une alternative gratuite et plus simple que Postman. Elle offre moins de fonctionnalités au bénéfice d’avoir une interface plus épurée.

Paw est un client Mac, vendu à 49€, offrant des fonctionnalités au moins aussi poussé que Postman. Son interface graphique est très travaillée et rend son utilisation très agréable. Cependant, son prix décourage beaucoup d’utilisateurs qui trouvent leurs compte avec postman gratuitement

Et le bon vieux Jmeter

Enfin, vous pouvez aussi vous tourner vers un outil plus ancien : Jmeter. Ce dernier est plus réputé pour être capable de faire des tests de charge mais sa polyvalence lui permet sans souci de faire les tests de vos routes d’API. Gratuit et appartenant à la fondation apache, il nécessite une certaine pratique mais vous permettra de réaliser des tests complets allant jusque vérifier la bonne insertion des données dans la base de données de votre API.

Et l’aventure continue…

Après plusieurs semaines, il est temps pour moi de refaire un petit sur cette aventure xavki. Et une fois de plus, j’en tire beaucoup de points positifs.

Les nouvelles playlists sont attendues

Dernièrement, j’ai ouvert de nouvelles playlists : terraform, ELK, cassandra, packer ou encore mindset.

Et à chaque fois le public a répondu présent. Bien sûr l’idée pour moi n’est pas de m’étaler sans rentrer un peu dans chaque technologie mais d’offrir un échantillon du potentiel de chaque outil.

Et c’est bien là l’objectif de la chaine, vous faire et au passage me faire découvrir le périmètre de chaque outil. Pour moi un devops doit surtout avoir une vision générale pour savoir piocher dans sa caisse à outils pour trouver la clef qui correspond le mieux. Et cela en prenant en compte, l’environnement, les objectifs et également son niveau de connaissances et compétences.

Votre carrière et vos qualités à mettre en valeur

Xavki vise à nous faire progresser sur le côté technologique mais aussi sur les aspects liés à notre métier en général.

Ainsi, j’ai souhaité ouvrir un volet RH avec une orientation carrière. L’idée est de se donner les outils, les réflections pour faire les bons choix aux bons moments. Comment aussi se rassurer face à des questions dont on est peu habitées de traiter.

Un autre volet, Mindset, me permet de proposer un angle plus comportemental. Non pas que l’on soit tous mauvais moi. Mais plutôt que l’on peut parfois ne pas se donner toutes les chances pour progresser, s’étendre encore plus vite et prendre vraiment son envol. C’est dans ce sens que j’ai abordé la question de la patience (qui peut me manquer cruellement parfois).

Dans une prochaine vidéo, j’y aborderai « apprendre, comprendre et montrer ». En essayant de faire le tour de la question de l’apprentissage en entreprise avec des personnes de profils différents et que ce soit sous l’angle apprenant que enseignant. C’est pour moi aussi l’occasion de comprendre pourquoi les gens aime apprendre via la chaine xavki… pourquoi ça marche ??

Recentrer des liveki

Depuis 3 mois, je cherche la bonne formule pour les lives et les choses progressent. Il me semble que les interventions sont une bonnes formules. Maintenant il reste à trouver le bon équilibre pour ne pas en avoir trop et être dans la ligne de la chaine. C’est à dire restons fortement en lien avec le monde professionnel.

Je pense que les prochains liveki dureront autour de 2h avec pas plus de 2 intervenants. Par ailleurs, j’essairai d’avoir un peu plus de lien avec le monde pro c’est à dire plutôt des personnes qui présentent des choses sur les technos devops. J’ai pris contact avec plusieurs sociétés que je connais via mon réseau (rancher, haproxy, traefik…). Le but étant pour elles de nous montrer des choses simples faites à partir de leurs outils et pour les spectateurs de pouvoir poser des questions sur des cas d’usages.

Je trouve cet équilibre assez sympathique et plus en lien avec l’esprit des tutos.

En outre, je pense continuer à faire un concours pour chaque liveki qui permettra aux gagnants d’avoir des goodies de formes diverses (peut être même des goodies xavki).

Structurer la vision globale

Depuis plusieurs mois, je trouve que Youtube ne permet pas de voir efficacement l’intégralité de la chaine. C’est pourquoi, je me suis mis à faire unpetit script python pour collecter la liste des vidéos et la remettre en forme au format markdown. Le résultat est présent sur deux dépôt au choix :

Je commence aussi à faire un peu de selenium pour permettre d’avoir un autre regard sur la chaine avec des stats sympas comme le top de commentateurs etc.

La mise en place des membres permet aussi de trouver un équilibre entre une publication qui ne spam pas et permettre de contribuer à la chaine. Ainsi, les membres peuvent avoir accès aux vidéos sans délai contrairement aux abonnés qui doivent attendre leur publication. Cela va permettre de rester sur un rythme de 3 vidéos par semaine ce qui est déjà assez dense.

Les sujets à venir ?

Une petite liste des choses que j’ai en tête pour la suite :

  • terraform plus que tout
  • packer
  • imbrication packer > terraform > ansible
  • refaire la playlist ansible
  • des tutoriels sur selenium
  • mise en place d’une infra complète de microservices de démonstration avec des tutoriels pour apprendre à faire le tout (code et infra)
  • kafka pour les débutant
  • nginx l’inévitable
  • traefik 2
  • kong peut être…

Voilà j’espère que vous prenez tous du plaisir à regarder la chaine. A très bientôt !!!

Les LiveKi semblent plaire ?

Comme je le disais lors du précédent article, le blog va s’orienter vers le backend de la chaine. C’est donc l’occasion de parler des évolutions de ce qui me trotte dans la tête.

Le premier live jusqu’à l’euphorie

Il y a bientôt un mois et demi je commençais avec un premier live. Et j’avoue que pour cette première je me demandais ce que j’allais pouvoir raconter. Car les lives youtube que je connais son souvent centré sur le youtubeur. Je voulais éviter cela mais je ne pense pas avoir réussi.

Néanmoins, cela a été pour moi une découverte, celui de l’intérêt que porte les gens à la chaîne à ce projet même si je le conçois pas comme tel. Et j’avoue que cela m’a donné un gros coup de boost. Se rendre compte à quel point les gens me considéraient et attendent beaucoup de choses tout en voulant faire partie d’une aventure.

Ce live a duré plus de 3h30, un truc de dingue sachant que j’étais tout seul devant l’écran. Mais je n’étais pas tout seul loin de là. Au bout de 3h30, 50 personnes étaient encore connectées au live !!! Je savais que le thème devops était à la mode mais là. J’ai fermé le live et je n’ai pas pu dormir, trop d’excitation. Une espèce de montée de joie en soit, comme si j’avais atteint un résultat que je ne m’aurais jamais cru capable de faire.

Après coup j’ai tenté d’analyser un peu la chose. Il y avait très certainement cet effet de la première du live. Votre volonté de vouloir en savoir plus sur moi, mes motivations, un peu d’échanges sur les technos. Néanmoins je me suis dit ne fait pas des lives tout seul, c’est un peu comme se centrer sur toi.

Et pour la deuxième ? le premier LiveKi

Pour le second j’avais plusieurs choses à valider :

  • mettre en place un rendez-vous régulier : chaque début de mois
  • un nom qui permet de rapidement identifier de quoi on parle
  • ne pas se centrer sur soi
  • pourquoi pas devenir une sorte de média et permettre encore plus d’échanges

La réponse a été le liveki, par son nom, par sa fréquence et surtout les invités. Et une fois de plus j’ai de la chance. La chaine m’a permis depuis un an et demi de me créer un petit réseau de connaissances très sympathiques et intéressantes.

Des passionnés avec chacun leurs spécificités et un point commun la gentillesse et le partage. Du coup la soirée a été dense une fois de plus avec plus de 4h de liveki. Je les remercie tous :

  • Steve Destivelle pour avoir participé à toute la soirée, pour son accompagnement. Bien sûr Steve est une personne à haute qualité technique autour du monitoring et principalement de Zabbix. Merci Steve !
  • François Mocq, la référence française en matière de raspberry avec des livres, son site framboise314 et nombreuses autres cartes dans sa poche. Passionnant tout simplement.
  • Christope Chaudier, alias monsieurs les Compagnons du devops. Formidable encore de pouvoir partager avec quelqu’un de passionner par cette thématique. Et on a pu apprécier son recul, sa franchise et sa volonté de défendre les valeurs nationales dans le domaine du numérique. Bravo Christophe.
  • Thomas alias Cocadmin. Youtubeur très connu avec ses vidéos qui partent très souvent d’une expérience vécue. Son partage d’expérience est très appréciée. Et on a pu apprécier sa décontraction et sa capacité à parler de sujets divers et variés.

Et pour le troisième ?

Cette page du deuxième liveki se tourne donc pour commencer à penser au troisième. Steve a proposé de monter un petit concours pour gagner une mug zabbix. Et je pense qu’il a peut être initié quelque chose.

L’idée de mettre en place des concours peut faire son chemin. Et peut être même un peu plus suivant l’engouement. Et pourquoi pas gagner des livres ??

D’ailleurs cela m’a donné des idées sur les modalités de tirage au sort. Avec dans un premier temps un simple script python… mais pourquoi pas joindre l’agréable et le pédagogique à cela ? du microservice ? même si c’est superflu cela permettrait d’aborder des sujets techniques et de les vulgariser en s’amusant.

Vers un média devops ?

L’évolution vers laquelle je veux aller est de maintenir l’aide à monter en compétence. Via les tutos c’est certains mais peut être évoluer avec d’autres contenus. C’est déjà le cas avec les vidéos de Kevin le créateur de Kaisen Linux et de Jérôme Bezet-Torres pour Active Directory et powershell.

Et on va continuer dans ce sens. Après avoir passé quelques entretiens de recrutement, je suis persuadé que ces rendez-vous ne sont pas toujours facile à vivre. On est technique mais on est pas forcément à l’aise pour raconter sa vie. Et pour cela j’ai pris contact avec des ami(e)s recuteurs et je pense que l’on pourra compiler des vidéos de conseils sans polluer la chaine. Au contraire cela sera le bon endroit pour distribuer des conseils avisés dans la gestion de carrière.

Voilà c’est sur toutes ces notes que je vous dis à très bientôt. Prenez soin de vous, de vos proches, prenez du plaisir à ce que vous faites.